Les timbres de famine sous la République

Le magazine Delcampe de juin  n° 39 reproduit un article de Sylvain Vivance sur les timbres émis pour combattre la famine. Le voici dans son intégralité.

Dans la première moitié du XXe siècle, la Chine connut des pénuries alimentaires. Les famines se succédèrent. Elles étaient dues à la mauvaise coopération entre les gouvernements locaux, à la corruption, aux dimensions de la Chine et à ses différents climats. De plus, la région du nord, une des principales productrices de denrées alimentaires de base, utilisa une grande partie de ses terres pour la culture de l’opium.

Voici ce que nous dit Marie- Claire Bergère sur ces tristes évènements   qui   ont   été à l’origine de l’émission de timbres pour le « soulagement de la famine ».
« …Le renversement de la conjoncture internationale qui survient après la Première Guerre mondiale coïncide en Chine avec une grave crise de subsistance provoquée par des calamités naturelles
sécheresses et inondations dont le retour périodique rythme la vie et la mort des paysans chinois. Entre 1920 et 1922, l’échec des récoltes, dont l’accaparement et la spéculation amplifient les effets, installe dans les cam- pagnes une misère inhumaine……Alors qu’au printemps 1921, la récolte s’annonce satisfaisante dans les zones ravagées par la famine l’hiver précédent… ».

Ce qui ne semble pas être le cas d’après cet extrait du « Petit journal » : « …10 avril 1921. Dans certaines contrées de l’immense empire, la sécheresse prolongée a réduit la population à une affreuse misère. La disette d’aliments et le typhus ont déjà fait plus de 50 000 victimes… »

Mais continuons avec l’étude de M. C. Bergère : « …une nouvelle vague de détresse s’abat sur les cam- pagnes  chinoises. Dans de nombreux districts des provinces centrales, l’échec des récoltes d’été (A) et l’impossibilité d’assurer les semailles d’automne condamnent les paysans à une nouvelle et longue famine…Le ‘’Peking United International Famine Relief Committe’’ (P.U.I.F.R.C.) sert d’organisme de liaison et de direction à de nombreux comités de secours – chinois et étrangers – mis en place à Pékin pendant l’automne 1920…La‘’North China International Society for Famine Relief’’ (N.C.I.S.F.R.) établie à Tientsin dès septembre 1920 a immédiatement cherché à rassembler des informations…

…En novembre 1921, le P.U.I.F.R.C. et la N.C.I.S.F.R. ainsi que six autres comités régionaux s’unissent pour créer un organisme permanent : la ‘’China International Famine Relief Commission’’ (C.I.F.R.C.) ou Chung-hua hua- yang i-chen chiu-tsai tsung- hui. Jusqu’à ce que l’invasion japonaise mette un terme à son activité, cette commission poursuivra ses efforts pour rassembler des fonds, pour créer des emplois en ouvrant des chantiers, pour distribuer des vivres… »

L’un des moyens pour lever des fonds et lutter contre la catastrophe fut la vente de timbres de « soulagement ». Timbres inutilisables comme affranchissement mais qui pouvaient être collés sur des enveloppes ou des colis comme décorations. Il y eut deux campagnes de ce type au cours des années 1920 et les deux ont principalement vendu leurs timbres aux États-Unis. La première campagne de collecte de fonds est organisée par le Comité américain pour la « China Famine Relief Fund » qui vendit un timbre à 3 cents (1).

(1) China Famine Relief Fund

Soit disant la somme journalière nécessaire pour nourrir un chinois. Cet effort leva près de 4,4 millions de dollars et cessa début juin 1921 après environ trois mois d’activité.

La deuxième campagne, organisée par la Commission Internationale de Secours aux victimes de la famine en Chine (CIFRC), ne fut pas une grande réussite. Les émissions de timbres furent plus importantes. Le CIFRC a même créé un département spécial pour coordonner la vente de timbres en Chine et aux Etats-Unis. Principalement pendant la saison de Noël et du Nouvel An. Mais les ventes, qui cessèrent à la fin de la décennie, furent inégales et toujours faibles avec des profits insignifiants.

La série la plus connue comporte 8 timbres (B) du 1 c. au 50 $. Ils ont été gravés et imprimés par l’Atelier de gravure et d’impression de Pékin sur du papier blanc, fin, sans filigrane. Les valeurs des 1 c. à 50 c. sont en feuille de 100 (10 x 10) et les 1 $ à 50 $ sont en feuille de 50 (5 x 10). L’année d’émission varie en fonction des sources. Chan donne 1921, mais on trouve également 1922 et 1924.
Cette série a également été surchargée localement pour une utilisation principalement limitée aux gares le long de la ligne de chemin de fer Pékin-Hankou, y compris les villes terminus

Commission Internationale de Secours aux victimes de la famine en Chine 1A

Commission Internationale de Secours aux victimes de la famine en Chine 1B

Il semble que la Chine centrale ait également émis un timbre en 1922 d’une valeur de 5 c. (2) « Fonds pour la famine en Chine centrale »

Fig.2 Chine Centrale

En 1924, on trouve deux autres timbres : « Fonds international de se cours contre la famine en Chine » valeur 1 c Fig. 3

Fig. 3

Et « Commission Internationale de secours contre la famine de Chine » également d’une valeur de 1 c. Fig. 4

Fig. 4

Fig. 5

Enfin ces vignettes (Fig. 5  et Fig. 6) :

La première probablement émise au Etats-Unis dans les années 1930 puis, la seconde en 1940 libellée « Soulagement de la famine en Chine ».

Voilà donc présentées quelques pièces qui, si vous le souhaitez, peuvent venir enrichir votre collection. Elles auront parfois le privilège d’interpeller vos amis à qui vous les présenterez. Car ces « timbres » ou « vignettes », comme beaucoup d’autres, sont les marques de l’histoire d’un pays.

Fig 6

Sources :

Bergère Marie-Claire. « Une crise de subsistance en Chine (1920-1922) ». In: Annales. Économies, sociétés, civilisations. 28 année, N. 6, 1973. pp. 1361-1402. – https://www.persee.fr/doc/

Revenue Stamps of China 1896 to 1949 par la China Stamp Society.

Le petit journal » supplément illustré du 3 mars 1907. – https://www.researchgate.net/publication/ Blog – https://stampboards.com/viewtopic.php?f=23&t=28380